Blocs nerveux

Le bloc nerveux permet d’insensibiliser et d’immobiliser une partie de votre corps en injectant un anesthésique local autour et à proximité d’un ou de plusieurs nerfs responsables du territoire à opérer. Il peut être proposé seul ou en association avec une anesthésie générale.

Dans le premier cas, c’est le chirurgien qui vous proposera la technique lors de sa consultation. Les consignes de jeûne sont les mêmes que pour toute anesthésie. Vous remplirez un formulaire de santé lors de votre arrivée à l’hôpital.

Le bloc se pratique en salle de pré induction. Une surveillance cardiaque et un cathéter intraveineux seront placés. Une médication anxiolytique peut être administrée. Les nerfs sont repérés par échographie et/ou stimulation électrique selon la pratique du médecin. Après avoir endormi la peau, une aiguille « injecteur » permettra de déposer l’anesthésiant tout autour du nerf. Vous ressentirez alors de la chaleur, des picotements et un engourdissement du membre concerné. Selon le produit utilisé, le bloc peut durer de 4 à 24 heures voire parfois plus. Un cathéter peut être laissé au contact d’un nerf pour poursuivre l’instillation en post opératoire au moyen d’un pousse-seringue ou d’une pompe et vous procurer une analgésie de plus longue durée.

Dans le second cas, l’anesthésiste vous proposera, en consultation, l’association de cette technique avec une rachianesthésie ou une anesthésie générale pour une opération qui est réputée longue ou douloureuse afin de vous assurer une analgésie et un confort post opératoire optimal. Cela permet aussi une mobilisation et donc une revalidation plus précoce notamment en chirurgie orthopédique.

Accès et parkings